Top Secret! Un monde à décrypter

Date :
21/06/2017 - 31/12/2017
Lieu :
Au Mundaneum
Public :
Grand public
Prix :
6 euros - 4 euros (tarif réduit)

Imaginez une société où toute l'information serait transparente, connue de tous.
Difficile à envisager car la cryptographie ou "écriture secrète", a toujours existé...

Jean-Jacques Quisquater compte parmi les spécialistes internationaux de la cryptographie. Ingénieur civil en mathématiques appliquées (1970) et docteur d’État en science informatique, il est professeur à l'Université catholique de Louvain mais aussi, collectionneur. Dès juin 2017 le Mundaneum et l’UCL proposent au cœur du « Google de papier » une exposition qui retrace l’histoire de la cryptographie, une des disciplines de la cryptologie s'attachant à protéger des messages en s'aidant de secrets ou de clés.

Connue depuis l'Antiquité, l'une des utilisations les plus célèbres pour cette époque est le chiffre de César, nommé en référence à Jules César qui l'utilisait pour ses communications secrètes. Mais la cryptographie est bien antérieure à cela : le plus ancien document chiffré est une recette secrète de poterie qui date du XVIe siècle av. J.-C., découverte dans l'actuelle Irak.
 
Paul Otlet, fondateur du Mundaneum, fait lui aussi référence à la cryptographie dans son Traité de documentation publié en 1934.
 
Bien qu'éminemment stratégique, la cryptographie est restée pendant très longtemps un art, pour ne devenir une science qu'au 20ème siècle.
 
Avec l'apparition de l'informatique, son utilisation se démocratise de plus en plus. Les domaines d'utilisation de la cryptographie sont vastes et vont du domaine militaire au commercial, en passant par la finance, le vote électronique et l’épineuse question de la protection de la vie privée.

Pas une semaine ne passe sans que les médias ne révèlent un cas de piratage informatique, et les talents des hackers aujourd’hui recherchés par les big players de l’industrie numérique.
 
Pour cette exposition, Jean-Jacques Quisquater offrira à la fois sa connaissance du sujet et quelques pièces de sa collection personnelle de machines cryptographiques.

Brillamment amené au cinéma en 2015 par le réalisateur Morten Tyldum avec « The imitation game », le parcours du pionnier britannique Alan Turing  - à qui l’on doit « la machine de Turing », fera l’objet d’une mise en lumière particulière dans cette exposition.
 
De l’Antiquité aux hacktivistes en passant par Alan Turing, l’exposition invite à comprendre en quoi la cryptographie est devenue un enjeu pour notre société digitalisée.
 

Où ?

Rue de Nimy 76 à Mons

Partenaires